II) B) L'ADEME

Publié le par Solène, Tijani, Audrey.

Campagne de sensibilisation : " Réduisons vite nos déchets, ça déborde "

 

En 2004, lors des Premières Rencontres Nationales sur la prévention des déchets, Roselyne Bachelot, Ministre de l'Ecologie, a présenté le Plan National d'Actions de Prévention de la Production des déchets, avec pour objectif de stabiliser d'ici 2008 la production de déchets. Ce plan comporte trois volets : la mobilisation des acteurs, l'action dans la durée et le suivi des actions. C'est dans ce cadre que se situe la campagne ADEME : « Réduisons vite nos déchets, ça déborde ».


Le plan porte la question des déchets à l'attention de tous, du producteur au consommateur sans oublier le distributeur ou les collectivités, afin de sensibiliser l'ensemble des Français aux marges de manœuvre qui existent dans leur vie quotidienne. Cette étape passe par l'organisation de rencontres nationales périodiques, dont la 4ème édition aura lieu en juin 2009 à Lille. Mais elle passe aussi par la campagne nationale de sensibilisation des Français : « Réduisons vite nos déchets, ça déborde.», lancée par le ministère du développement durable et l'ADEME en octobre 2006, pour une durée de trois ans. Outre la mise en place de chantiers emblématiques, comme celui des sacs de caisse ou des autocollants « STOP PUB», cette mobilisation se traduit par une implication des producteurs (développement de l'éco-conception, économie de matières premières, recherche et développement pour une réduction de la toxicité des produits, …), par un développement du réemploi et de la réparation.

Pour faire suite à la sensibilisation du grand public, le programme vise à élargir l'offre de produits aisément identifiables, via notamment la mise en place de fiches sur la consommation responsable, le développement des produits éco-labelisés, la promotion de l'éco-conception ou encore l'incitation à l'engagement volontaire des entreprises ; sans oublier le rôle de l'Etat, via la diminution des déchets des administrations.

L'engagement d'un effort national de prévention des déchets exige la mise en place d'outils de suivi sur le long terme. Le plan prévoit ainsi la création de tableaux de bord et d'indicateurs aptes à rendre compte dans la durée des résultats des actions lancées, ainsi que celle d'un comité de suivi permanent du programme.

Dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, en décembre 2007, le ministre Jean-Louis Borloo a présenté les conclusions de la table ronde " déchets ".Les participants ont ainsi trouvé un accord sur les lignes directrices d'une politique cohérente et ambitieuse de gestion des déchets. Il se sont mis d’abord d’accord sur une réduction chaque année de la production d'ordures ménagères de 5 kg par habitant et par an, sur 5 ans, soit 25 kg au total, puis sur la rupture dans le domaine du recyclage matière et organique des déchets ménagers et assimilés, afin de passer de 24 % en 2004 à 35 % en 2012, et 45 % en 2015 , mais aussi sur le recyclage de 75 % des emballages ménagers en 2012 (contre 60 % en 2006) et des déchets des entreprises et enfin sur la diminution de 15 % à l'horizon 2012 des déchets destinés à l'enfouissement ou à l'incinération.

Cette politique privilégie la prévention de la production de déchets, puis le recyclage des matériaux et la valorisation organique, afin de diminuer les quantités incinérées et stockées.

Pour atteindre ces objectifs, les participants de la table ronde ont validé un ensemble de mesures agissant sur toute la chaine de traitement des déchets : renforcement du principe de responsabilité élargie des producteurs, maîtrise des impacts sur la santé et l'environnement, développement de l'information des citoyens et des entreprises, palette d'outils économiques incitatifs, partenariats nationaux et locaux, maîtrise des coûts et des équilibres économiques des filières.
Instrument économique éprouvé, la Responsabilité Elargie du Producteur (REP) sera renforcée dans le domaine des emballages, et étendue aux déchets d'activité de soins à risques, puis aux déchets dangereux des ménages. D'autres actions de prévention de la production de déchets seront conduites dans le cadre de plans locaux de prévention, qui bénéficieront d'un financement partagé (Etat, collectivités locales, entreprises via les éco-contributions).



Depuis 2006, se tient tous les ans la semaine de la réduction des déchets, la dernière s’étant déroulée du 22 novembre au 30 novembre 2008. Le principe est simple : fédérer les Français autour du thème de la prévention des déchets durant une semaine grâce à des actions sur le terrain de sensibilisation, mobilisation et information, menées dans toute la France. Pendant cette semaine, une vague de diffusion de spots de publicité en format radio est programmée ainsi que des actions sur Internet à destination des jeunes. Aussi, afin d'aller à la rencontre des Français, des opérations de terrain sont mises en oeuvre avec différents partenariats (Tour de France, Coupe du monde de Rugby, éco-évènements musicaux et culturels, grande distribution, …) pour sensibiliser au quotidien tous les acteurs de la réduction des déchets. De plus, tous les acteurs, c’est à dire aussi bien particuliers qu’entreprises, écoles, associations, collectivités locales ou éco-designer, sont invités à organiser des actions concrètes sur le terrain autour de cinq grands thèmes : ça déborde, mieux produire, mieux consommer, réutiliser et mieux jeter.

Pour faire suite à la semaine de la réduction des déchets, le projet « European Week for Waste Reduction » a débuté début janvier 2009 et vise à organiser pendant trois ans, c'est-à-dire jusqu’en 2011, une semaine européenne des déchets. En collaboration avec la Commission Européenne, cette semaine a naturellement vocation à s’étendre à terme à l’ensemble des pays européens.


Commenter cet article